Retrouvez motrech sur son nouveau site http://motre.ch/

13 déc. 2005

Jérôme "La concurrence n’a pas encore commencé"

Il est clair que je ne suis pas un pro-cro$oft, loin de là.
Je n'utilise plus les produits de Redmond depuis déjà plusieurs années. Mais il est tout de même fort ce Bill Gates... très fort. Zorgloob nous signalait récemment une interview de Billou par Vnunet.be. Excellente interview, dont je ne retiendrais ici que les passages croustillants relatifs à Google...


Venons-en à Google. On dirait que cette entreprise est sur le même voie que Microsoft il y a 10 à 15 ans. Je fais ainsi référence à la manière dont elle se démène pour garder une longueur d’avance sur les grands acteurs. Certaines personnes vont même jusqu’à dire que Google est le nouveau Microsoft. Voyez-vous des parallèles et dans quelle mesure estimez-vous que Google peut être une menace pour votre entreprise?
Bill Gates (esquissant un sourire sardonique et un rien provocateur): De quels produits Google parlez-vous?

Pas des produits, de la société.
Bill Gates: Non, sérieusement: quels produits? Mis à part le moteur de recherche, bien entendu.

Eh bien, comme je l’ai déjà entendu dire à plusieurs reprises, Google est très habile pour attirer l’attention avec des choses que d’autres entreprises lui ont montrées.
Bill Gates (légèrement agacé, mais toujours un large sourire aux lèvres): Google Talk, waouw! Il s’agit typiquement d’un produit de 'mimétisme'. Même Gmail. Qu’y a-t-il là de si unique? Oui, naturellement, Google est une fameuse entreprise. C’est un solide concurrent et j’ai des collaborateurs qui se consacrent à temps plein au sujet. Car nous devons surprendre les gens et faire une 'recherche' qui soit meilleure que celle de Google. Et nous sommes à pied d’oeuvre. Je veux parler d’outils de développement, d’interfaces naturelles et de logiciels de productivité. Et Google n’est actif dans aucune de ces catégories. Mais des gens font pourtant comme si Google était bel et bien occupé à cela et comme s’il pouvait par conséquent proposer davantage qu’une solution de 'mimétisme'. Ça ne me pose aucun problème. Il y a également eu une décennie, entre 1985 et 1995, où les gens pensaient que Microsoft pouvait faire n’importe quoi à n’importe quel moment.
A certains égards, il est pourtant amusant de voir que des personnes sous-estiment nos projets. Nous ne sommes encore qu’au début de l’ère où nous allons utiliser l’internet comme une plate-forme avec des services fortement développés.
Sur certains plans – à l’exception du moteur de recherche -, il s’agit d’une course réellement palpitante, comme avec ces histoires de Terre virtuelle. Je trouve très sain que nous y travaillions tous deux d’arrache-pied. Mais à d’autres niveaux, nous avons de l’avance. Tout comme Word rivalisait à une époque avec WordPerfect et Excel avec Lotus 1-2-3.
Vous savez, nous aimons être face à des concurrents fantastiques. IBM aurait pu nous écarter du marché avec OS/2, la société avait une telle ampleur. Elle était certainement dix fois plus grande que nous. Eh bien, j’espère que quelqu’un a conservé une copie (d’OS/2) pour le musée! Les gens de Google sont fantastiques et intelligents, et la presse doit surtout continuer à encourager leur arrogance. Ils disent qu’ils organiseront les informations dans le monde entier. Et nous, nous disons que ce n’est pas notre boulot. Nous pensons devoir développer les outils qui permettent aux rédacteurs et aux spécialistes d’organiser leurs informations. Il y a donc une légère différence de philosophie sur ce plan. Si l’on regarde la concurrence, nous nous rapprochons davantage d’IBM et d’Oracle que de Google.

Mais pourquoi devrions-nous utiliser MSN Search au lieu de Google?
Bill Gates (il prend son rythme de croisière): L’un des principaux avantages des moteurs de recherche, c’est qu’un produit n’a jamais encore présenté une facilité de basculement aussi grande. Si vous utilisez Google à neuf heure, vous pouvez vous servir de MSN à neuf heures une et, si vous n’êtes pas satisfait, utiliser à nouveau Google à neuf heures deux. Une petite fenêtre vide n’est pas très gênante, pas vrai? Ce n’est pas comme basculer entre deux traitements de texte et deux systèmes d’exploitation, car dans ce cas, il y a davantage de 'stickyness'. Même avec son avance, Google n’est pas encore parvenu à réaliser cette 'stickyness'.
Autre élément non sans importance: il gagne environ 50 $ par an avec vos recherches. Et comme il pense ne pas avoir de concurrence, il ne vous rend rien de cet argent. Si la recherche devient compétitive et que les gens commencent à comprendre que d’autres offres sont aussi bonnes – voire nettement meilleures – il y aura alors une concurrence des prix. Vous aurez alors certains contenus gratuits ou vous recevrez un chèque ou un autre incentive pour vous servir de ce moteur de recherche en particulier. En l’occurrence, la concurrence n’a pas encore commencé! Car les gens considèrent la recherche comme la chasse gardée d’une seule entreprise (Google). Eh bien, je peux vous annoncer que ça ne restera pas comme ça.

Si je vous ai bien compris, les utilisateurs vont recevoir de l’argent pour se servir de moteurs de recherche?
Bill Gates: Oui, c’est effectivement ce que je dis.


Tout ceci est bien entendu à mettre en perspective avec les ébouriffants billets de Tim Bray "The future search market [en]" et "Search for sale [en]".
J'attends vos commentaires avec impatience...



TAGS : , , , ,


3 commentaires:

Loran Bernardi a dit…

Merci pour le post, l'interview est vraiment saisissante!

J'adore ce passage:

"IBM aurait pu nous écarter du marché avec OS/2, la société avait une telle ampleur. Elle était certainement dix fois plus grande que nous. Eh bien, j’espère que quelqu’un a conservé une copie (d’OS/2) pour le musée! Les gens de Google sont fantastiques et intelligents, et la presse doit surtout continuer à encourager leur arrogance."

A arrogant, arrogant et demi!!

Anonyme a dit…

Marrant,
de toutes facons Google et Microsoft sont dans le meme panier... D'ailleur me demande pourquoi tant de bruit autour de ses deux compagnie et surtout google .... Allez les groupies ouvrez les yeux.... il y as pleins de belles choses sur le web autres que google ou microsoft live ....

Anonyme a dit…

Faut être réaliste Bilou a raison, si sa boite n'existait plus ca dérangerait plus de monde que si google disparaissait. Perso techniquement je preferrais alltheweb (l'ancien).
Le verrouillage de Bilou par les standards et les habitudes liées est la clef de son biz ce que n'a pas ggle.
ggle est un colosse au pied d'argile. Il y a plus d'investissement financier que d'investissement en soft dans ggle et ce peu de matière grise ajoutée peut plus facilement trouver substitution.
En l'occurrence la substituabilité peut venir d'un modèle de moteur de recherche basé sur un mode collaboratif 'free'.
Un autre modèle peut être les modèles de moteurs sectoriels (moteurs spécialisés) qui devrait faire baisser le niveau de bruit des infos que retournent les moteurs.
De plus la qualité des contenus via ggle se dégrade et se dégradera à la mesure de l'avancement de la taille du web. Vouloir tout faire pose le pb de faire chaque chose au mieux.

Enregistrer un commentaire