Retrouvez motrech sur son nouveau site http://motre.ch/

30 avr. 2008

Jérôme Google rebondit plus que les autres


Le 7 Avril dernier, le brillant monsieur aixtal nous proposait sa quatrième étude sur la qualité des moteurs de recherche. Cette étude mesure la qualité ressentie par les utilisateurs de trois grands moteurs de recherche (Google, Orange et Ask). Pour les détails concernant le protocole de l'étude, je vous invite à lire le billet de Jean. Mais globalement et pour faire vite, il s'agit d'une étude en aveugle sur la pertinence des résultats retournés par les différents moteurs.

Tout comme dans les précédentes études, Google ressort assez largement premier.
Emilie : pas de grande surprise !

Or, en regardant récemment de manière détaillée les statistiques des deux sites dont je m'occupe (staragora et shopreflex), je constate que la qualité de google n'est pas si évidente que cela.
Emilie : tu veux dire que tous les internautes qui ont cliqué sur staragora ou shopreflex quand ces deux sites apparaissaient en tête des résultats de Google ont quitté les sites dès leur page d'accueil ?
Jérôme : oui Emilie, c'est tout à fait ça!

Je ne conteste nullement les résultats de Jean, dont je suis convaincu de l'impartialité et de la qualité du travail, mais je ne parviens pas à analyser ce phénomène :

Le taux de rebond le plus élevé provient de Google et de manière très significative :
  • Google : 70 %
  • Voila : 53 %
  • Yahoo : 51%
Comment donc interpréter le fait que le moteur ayant la plus grande qualité de résultats est aussi celui qui a le taux de rebond (donc le taux d'insatisfaction) le plus élevé ?
Emilie : C'est vrai que c'est étonnant !

J'ai quelques pistes de réflexion que je partagerais ici avec vous.
Emilie : je suis impatiente de connaître tes explications. A noter qu'ayant à plusieurs reprises trouvé des "perles" dans les dernières pages de résultats de Google, il m'arrive désormais de plus en plus souvent de fouiner davantage et de ne pas m'arrêter aux premières pages.

Si vous avez des pistes de réflexion ou des éléments de réponse, n'hésitez pas à laisser un commentaire, histoire de faire avancer la connaissance commune.
Si vous vous occupez d'un site web, n'hésitez pas également à témoigner si vous constatez le même effet.

9 commentaires:

Jean Véronis a dit…

Merci de cette réaction très intéressante. Il faut évidemment être très prudent dans les tentatives d'explication... Il y a probablement, en plus, de multiples causes.

Mon hypothèse principale est la différence de "public moyen" entre Google et les sites Staragora (actu people) et Shopreflex (shopping). Comme ça apparaît de façon répétitive dans toutes mes études, Google privilégie 1) des infos de nature encyclopédique, en particulier Wikipedia, qui sort dans 1/4 des résultats 2) des infos d'actualité, qui occupent très souvent le sommet de la page. Si Google fait ça, c'est certainement sur la base d'étude qui leur ont montré qu'une majorité d'utilisateurs cherchent ce type d'infos (une fois supprimées les requêtes "navigationnelles", qui sont extrêmement nombreuses, du type "pages jaunes").

Les sites shopping et autres remontent parfois assez haut sur les pages de résultats, grâce à différentes techniques bien connues, mais supposons qu'un site se place bien sur les annonces immobilières, et arrive sur la première page pour "Cannes". La plupart des gens ne tapent pas "Cannes" pour voir "location de vacances Cannes", etc., mais pour avoir des infos sur le festival. Donc rebond immédiat pour une immense majorité d'utilisateurs.

A l'inverse les requêtes "spécialisées" (shopping, etc.) tombent souvent à plat. Ainsi "sac" renvoie sur Wikipedia en premier lien ("service d'action civique") à cause du PR faramineux de Wikipedia. Une catégorisation minimale des requêtes montrerait que "sac" soit renvoyer plutôt vers les sites shopping.

J'ai constaté moi-même sur mon blog que les requêtes qui m'ont amené le plus de traffic (vraiment beaucoup !) ces derniers mois étaient "laure manaudou nue" et "carla bruni enceinte". Le taux de rebond était astronomique (et deuxième indicateur : le taux de commentaires était incroyablement bas). Là, l'utilisateur moyen était branché "people trash" et atterrisait sur un site (PR6 ça aide) intello illisible... C'est donc du mauvais trafic : ça gonfle les stats mais ça ne produit rien (ou presque).

C'est tout le paradoxe du moteur généraliste, qui soit satisfaire un utilisateur moyen (plus ou moins hypothétique) et qui ne sait généralement pas très bien catégoriser les requêtes ni les "matcher" avec les types de sites.

Il reste du boulot (mais c'est bien pour nous !).

Anonyme a dit…

Peut-être est-ce la qualité de vos sites qui pose un problème ? Et comme l'utilisateur Google est plus avancé et exigeant que celui des autres moteurs, il zappe plus facilement...
Aussi, j'ai remarqué que vos sites sont touffus, et donc venant de Google à l'ergonomie dépouillée, l'internaute se retrouve peut-être perdu ?

Jean Véronis a dit…

Anonyme> "l'utilisateur Google est plus avancé et exigeant que celui des autres moteurs" -- cela reste à démontrer !

Jérôme Charron a dit…

Jean> Merci pour ton long commentaire. Plutôt qu'une longue réponse je vais faire un billet/réponse dans les prochains jours.

Jean, Anonyme> Effectivement, je ne suis pas certain que l'utilisateur Google soit plus avancé que celui des autres moteurs : j'aurais même tendance à penser que c'est justement le contraire.

Anonyme> Il faudrait donc selon vous que tous les sites ressemblent à google, blancs et minimalistes pour que l'internaute ne soit pas perdu? HORS DE QUESTION => Google nous dicte déjà assez de choses comme ça!

Jean Véronis a dit…

Merci à toi d'avoir ressuscité ce blog (ce que j'ai découvert un peu à retardement...) Tout cela est passionnant. J'attends ton billet avec impatience !

Jérôme Charron a dit…

Jean> Un autre billet qui devrait te plaire : La Boucle Sans Fin 2.0
;-)

Jean Véronis a dit…

Excellent ! j'ai hâte de connaître les résultats de "l'expérience" !

benoit a dit…

Comment donc interpréter le fait que le moteur ayant la plus grande qualité de résultats est aussi celui qui a le taux de rebond (donc le taux d'insatisfaction) le plus élevé ?

Peut être que cela se comprend mieux en reformulant de cette façon :
Comment donc interpréter le fait que le moteur ayant la moins mauvaise qualité de résultats est aussi celui qui a le taux de rebond (donc le taux d'insatisfaction) le plus élevé ?

Jérôme Charron a dit…

benoit> Je ne comprends pas bien ce que cette reformulation du problème apporte ?

Enregistrer un commentaire