Retrouvez motrech sur son nouveau site http://motre.ch/

17 sept. 2008

Jérôme Trop de Cuil tue le Cuil

D'après une étude d'eye tracking menée par Think Eyetracking sur un échantillon de 30 personnes, Cuil, le nouveau challenger de Google serait voué à une mort certaine.
En effet, cette étude (voir les illustrations ci-dessus et ci-dessous) met en avant le fait que les utilisateurs sont confus. Inconsciemment habitués au format en liste imposé par Google, ils ne comprennent rien à la présentation des résultats en colonnes de Cuil. Il y a trop de texte, trop d'informations, l'oeil se perd et cherche où trouver rapidement l'information tant convoitée.
De là à dire que Cuil ne parviendra pas à s'imposer et qu'il est déjà mort, il y a tout de même un grand pas à franchir. Il est certain que si Cuil conserve cette présentation, il aura du mal à convaincre, mais je pense que ses créateurs sont suffisamment intelligents pour remettre en cause cette partie de leur moteur (ou pas!).

Ceci m'amène à une réflexion plus générale sur la rupture. Est-il encore possible de rompre avec le modèle de présentation des résultats en listes « plates » comme le fait Google ? Apple a imposé la souris comme dispositif de pointage et aucune autre initiative n'est jamais parvenue à la remplacer. Apple (encore lui) a proposé le système multi-fenêtres que Microsoft a rapidement imposé. Aucun autre système de « navigation » sur un ordinateur ne l'a encore remplacé.

Alors Google aurait-il lui aussi marqué nos esprits de manière subconsciente sur LA façon dont nous préférons lire les résultats d'une recherche ?

Je pense que oui! Consultez les billets des blogs qui parlent des moteurs de recherche : chaque fois que nous testons un nouveau moteur, soit nous déplorons « rien de bien nouveau, une présentation classique à la Google », et lorsqu'il y a comme c'est le cas pour Cuil, une rupture avec le modèle Google, « la présentation des résultats est trop confuse, on ne s'y retrouve pas ».

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Vous sentez-vous inconsciemment piégé par cette présentation de résultats ?
Emilie : j'aime beaucoup la façon dont tu présentes les choses à la fin de ton billet (le reste de l'article est bien aussi) ; on attend de la nouveauté et en même temps on a beaucoup de mal à changer nos habitudes. Et lorsqu'un moteur de recherche n'innove pas, ne serait-ce qu'un peu, on est un peu déçu et on a une forte tendance à le comparer avec celui qui est à "battre", "concurrencer". Lorsqu'un pli est pris, il est difficile d'aller à l'opposé. Il en va ainsi avec les moteurs de recherche comme dans la vie courante d'ailleurs, pour toute habitude prise depuis un moment. L'autre point que tu mets en avant, c'est : qui arrivera à concurrencer réellement Google et à ne pas seulement se faire connaître sur un effet d'annonce et un engouement de la blogosphère ? Le soufflé finit souvent par retomber. Finalement, au fond de nous, est-ce qu'on souhaite vraiment un nouveau moteur, une nouvelle manière de recherche l'information ? Je n'en suis pas sûre. On est attiré par la nouveauté et piqué par la curiosité, mais on revient toujours aux fondamentaux, non ? Ca me fait penser aux flux RSS. J'ai l'habitude de les tester quelques semaines et les quelques semaines passées, si je ne les ai pas beaucoup consultés, si je n'y ai rien trouvé d'intéressant, je les supprime. Pareil avec Cuil. Je l'ai utilisé un temps et suis vite revenue à Google. J'aimerai ne pas l'utiliser à 100 % mais c'est dur.

6 commentaires:

Serval2a a dit…

Bonjour,
C'est marrant cette étude, moi-même j'avais plutôt considéré ce mode d'affichage comme un point positif à l'époque. Quoiqu'il faille la prendre pour ce qu'elle est car avec seulement 30 testeurs c'est loin d'être parole d'évangile.

Jérôme Charron a dit…

@serval3 > en effet, je pensais également au premier abord que cette présentation était une bonne idée. Et effectivement 30 testeurs, ce n'est pas très significatif, mais ça donne tout de même une tendance.

Béjean D. a dit…

De mon coté, j'ai immédiatement trouvé la présentation CUIL des résultats déroutante. On a l'habitude de lire de haut en bas c'est à dire du document le plus pertinent aux documents les moins pertinents (enfin la conception Googlesque de la pertinence). Avec Cuil on ne sait pas si il faut lire colonne par colonne ou ligne par ligne pour aller dans le sens de la pertinence décroissante.

En ce qui concerne le moteurs généralistes, se lancer à l’assaut de Google est utopique. Une fonctionnalité qui pourrait faire la différence serait en cas d'ambiguïté d'orienter l’utilisateur vers une thématique. Par exemple, si ma requête est "java", j'aimerais que Google me propose de choisir entre de la géographie ou les langage de programmation.

Les nouveaux moteurs qui peuvent avoir de l’intérêt et du succès, ce sont ceux spécialisés sur une thématique. Le principe est de n’indexer que quelques centaines à quelques milliers de sites spécialisés dans cette thématique. Un exemple est http://www.hurisearch.org/ spécialisé dans les droits de l’Homme.

Jérôme Charron a dit…

@béjean d. > Effectivement, pas facile de se positionner face à Google. Je ne serais en revanche pas si définitif, tout peut se passer : Qui aurait pensé avant l'arriver de Firefox qu'un navigateur libre pouvait venir concurrencer microsoft ? Il en va de même pour Google, rien n'est totalement joué.
En revanche, je suis d'accord avec vous que les moteurs verticaux ont leur carte à jouer puisqu'ils peuvent apporter un service hyper spécifique à l'utilisateur (dans la mesure où il n'est pas construit à partir de Google Personnal Search ;))

Marc Van Rymenant a dit…

Il faut être extrêmement prudent sur des conclusions hâtives. Surtout quand les données peuvent être remise en question facilement. J’ai analysé Cuil sur base de vrai scénario et pas en demandant aux gens de chercher des données sur le mot “Oasis”
http://www.simplifyinginterfaces.com/2008/10/il_est_important_detre_prudent_avec_du_eyetracking/

Jérôme Charron a dit…

Merci marc pour ces précisions très intéressantes (comme le reste de ton blog d'ailleurs).

Effectivement, il ne faut pas tirer de conclusions trop hâtives de ce genre d'études dont les données et la méthodologie sont un peu légers.

Mais cette étude donne tout de même quelque pistes et permet de s'interroger sur la manière de présenter les résultats de recherche.

Enregistrer un commentaire